AVEF Bandeau Site 2

AVEF Icone Newslettrevétérinaire équinicone avef agendaicone documents AVEFicone AVEF formationsicone junior

dr_robert_lesaffreSuite à la nouvelle du décès de Robert Lesaffre, tous les membres du conseil d’administration de l’AVEF ont exprimé leur tristesse… Je me fais ici leur voix en reprenant quelques uns de leurs propos pour rendre hommage à ce grand monsieur qu’était Robert Lesaffre.

C’était un homme d’une gentillesse exemplaire, grand précurseur et  ardent défenseur de l'art vétérinaire équin français. Il a partagé ses souvenirs oralement avec un certain nombre d’entre nous ce qui nous a donné l’envie, en 2003 de mettre par écrit cette histoire de l’AVEF afin que son parcours, son action ne tombent pas dans l’oubli… Il s’est ainsi confié à Gwenhaël COLLIN lors de la rédaction de sa thèse de doctorat vétérinaire dont le sujet était «l’AVEF : Hier, aujourd’hui et demain » qui a été soutenue le 16 Janvier 2004 à Nantes et dont est extrait l’historique qui suit. Toujours curieux, toujours passionné, il était également toujours tourné vers l’avenir… Souvenir en 2005 lors du congrès de l’AVEF à Angers de suggestions de sa part au conseil scientifique de thèmes et sujets précis de conférences sur les tendinites, sujet qui lui tenait particulièrement à cœur… Souvenir également de sa présence et de son intervention lors du congrès de Roissy en 2010…

Aux titres de membre fondateur et honoraire de l'AVEF doit s'ajouter celui de bienfaiteur, dans le sens étymologique du terme. Merci à lui d'avoir permis à l'AVEF d'exister.

Il a été le précurseur des transports de chevaux en avion…

 


 

En 1945, Marcel Boussac, le plus important propriétaire de Pur-Sang en France vend quatre étalons à un syndicat d’éleveurs américains. Nous sommes en mars et les étalons doivent parvenir le plus rapidement possible sur le sol américain pour débuter la saison de monte. Un voyage en bateau est exclu car beaucoup trop long. Le seul moyen d’arriver dans les temps est de faire le transport en avion… A cette époque, Robert Lesaffre exerce à Chantilly et s’occupe notamment de l’écurie de M. Boussac. Lors d’une réunion de courses à Auteuil, le manager de M. Boussac le sachant pilote depuis l’avant-guerre l’aborde et lui demande d’organiser le transport de ces quatre étalons. Après 24H de réflexion, Robert Lesaffre accepte et met en place le voyage. Celui-ci se déroule sans encombres : après 27H de vol, 4 escales pour refaire le plein d’essence (Shannon en Irlande, Weeks en Islande, Gander en Terre-Neuve et La Guardia dans l’état de New-York), les étalons foulent le sol de Lexington dans le Kentucky. Robert Lesaffre est, quant à lui, accueilli avec tapis rouge, télévision et radios… L’occasion lui est alors offerte de rencontrer de nombreux confrères vétérinaires.

Le transport des étalons s’étant bien déroulé, d’autres voyages similaires sont réalisés dans les années suivantes. Cela permet à Robert Lesaffre de revenir régulièrement aux Etats-Unis et de développer un réseau de relation extrêmement dense aux Etats-Unis.

Il a tissé des relations internationales et a été le second Français à pénétrer l’American Association of Equine Practitionners (AAEP)

Au cours de l’un de ces voyages aux Etats-Unis, Robert Lesaffre retrouve un ami, Edouard Pouret, qui était alors en stage à Lexington, à l’université du Kentucky. Il est alors le premier et seul Français à faire partie de l’American Association of Equine Practitionners (AAEP) car « il faut montrer patte blanche à l’époque pour faire partie de l’association ! ». C’est grâce au parrainage de cet ami qu’il assiste vers 1958 à un congrès de l’association américaine (Los Angeles). Il devient alors lui-même membre de cette association.

La courtoisie, l’humanité entre confrères ainsi que l’enrichissement scientifique et personnel propre à ces congrès internationaux le séduisent immédiatement.

 

Il a transposé ce qu’il a vu aux Etats-Unis et fondé une association similaire en France…

C’est alors que l’idée commence à germer : créer une telle association en France… Il ne fait aucun doute dans l’esprit de Robert Lesaffre que le facteur enrichissement humain a au moins autant d’importance que l’accumulation du savoir. Sachant qu’il ne peut pas mener tout seul ce projet à bien, il fait appel à un membre du corps enseignant et ami de longue date, Roger Bordet, professeur de chirurgie à l’Ecole Vétérinaire d’Alfort. Celui-ci est immédiatement enthousiasmé par le projet et accepte de soutenir Robert Lesaffre.

Etant alors président du syndicat des vétérinaires de la Région Parisienne, Robert Lesaffre connait bien une autre association vétérinaire dont il est aussi membre : l’association des Vétérinaires Spécialistes des Petits Animaux. L’idée est alors proposée de superposer les statuts de cette association qui fonctionne déjà très bien, les objectifs étant identiques. Seul le nom est changé : « Conférence des Vétérinaires Spécialistes du Cheval ».

C’est ainsi que les statuts de la Conférence des Vétérinaires Spécialistes du Cheval sont déposés à la préfecture en mai 1965. Le 5 juin 1965 parait dans le journal officiel de la République Française la création de l’Association :

« 6 mai 1965. Déclaration à la préfecture de police. Conférence des vétérinaires spécialistes du cheval. But : permettre un enseignement post-scolaire aux docteurs vétérinaires désireux de faire le point de l’ensemble des connaissances concernant la pathologie et les thérapeutiques intéressant le cheval. Siège social : école nationale vétérinaire d’Alfort, Maisons Alfort ».

Le titre de l’association ne change que plus tard : il est d’ailleurs l’occasion d’une discussion dans l’éditorial du n°1 de la revue Pratique Vétérinaire Equine paru en 1969 :

« Le titre de notre groupement est trop restrictif. Il éloigne de nous d’excellents confrères (…) qui estiment ne pas être des « spécialistes » mais des « généralistes » (…) Or, c’est justement pour eux qu’a été fondée la Société ( …). Pour ces motifs, nous soumettrons à la prochaine Assemblée Générale le remplacement du titre ancien par celui-ci : « Association Vétérinaire Equine Française » (AVEF) dont l’esprit volontairement général permet d’ouvrir largement notre association non seulement aux spécialistes purs, mais aux autres. »

Le changement de titres est voté à l’unanimité lors de l’Assemblée Générale en 1969. L’AVEF est née…

 

Il a été à l’origine de la création de la revue Pratique Vétérinaire Equine en 1969 et de réunions trimestrielles qui sont devenues réunion annuelle dès 1973.

Dès la création de l’association des réunions trimestrielles sont organisées entre membres. Elles s’accompagnent en 1969 de la naissance de la revue « Pratique Vétérinaire Equine ». Puis, à partir de 1973, s’organise la première réunion annuelle à la faculté de médecine de Créteil (« Journée de l’os », le 18 mars 1973). Cette journée est un véritable succès : plus de 150 participants ! C’est le premier congrès national organisé par l’AVEF. La formule est alors adoptée : réunion sur une journée entière autour d’un thème général, étoffé par de nombreuses interventions.

 

L’AVEF est devenue aujourd’hui une grande association constituée d’un conseil d’administration composé de 15 membres, d’un conseil scientifique composé de 11 membres, d’un grand nombre de commissions dynamiques et qui regroupe, à ce jour, environ 600 membres. L’association a développé des relations internationales avec de nombreuses associations Européennes, Américaines et également mondiale, l’AVEF ayant hébergé en 1999 le congrès de la World Equine Veterinary Association (WEVA) à Paris.

 

Aujourd’hui, nous avons perdu un homme d’exception, un homme qui a permis à l’AVEF d’exister…

Nous nous associons à la douleur de sa famille et souhaitons que cet hommage soit celui de notre profession à un homme dont le parcours a été celui d’un précurseur, d’un visionnaire et qui a été à l’écoute des autres tant sur le plan professionnel qu’associatif.

 

 

Pour l’AVEF, Anne Couroucé-Malblanc

 

0
0
0
s2smodern

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
26
27
28
29
30