Desmopathies des ligaments collatéraux de l’articulation interphalangienne distale (AIPD) avec une ossification concomitante des cartilages ungulaires chez neuf chevaux.


Collateral desmitis of the distal interphalangeal joint in conjunction with concurrent ossification of the cartilages of the foot in nine horses.

Auteurs : Mair TS. and Cherlock CE.
Revue et références : Equine Vet Education, 2008, 20(9), p 485-492.

Objectifs de l’étude :
-    Déterminer la fréquence de lésions concomitantes d’ossification des cartilages ungulaires et de desmopathie des ligaments collatéraux de l’AIPD.

Matériel et Méthodes : Etude rétrospective sur 15 chevaux boiteux, ayant subi un examen IRM du pied à la Bell Equine Veterinary Clinic en 2007, pour explorer une boiterie répondant positivement à l’anesthésie tronculaire digitale proximale ou moyenne et présentant une ossification de grade 4 ou 5 (selon classification de Ruohoniemi 1993) d’un ou des deux cartilages ungulaires.
Le diagnostic et le classement de la sévérité des lésions est réalisé à partir des images IRM et radiographiques. Dans plusieurs cas, un examen échographique fut aussi réalisé.
Paramètres/facteurs étudiés : age, race, sexe, activité, membre atteint, grade de boiterie, type d’anesthésie diagnostique positive, lésion uni-bilatérale, grade de lésion du ligament collatéral (selon classification de Sherlock 2008) ou d’ossification du cartilage ungulaire et présence d’autres lésions.

Résultats et Discussion : 9/15 (60%) des chevaux présentent des lésions d’un ou plusieurs ligaments collatéraux, de grades 2 ou 3. Aucune corrélation entre les grades de sévérité de la lésion des ligaments collatéraux et d’ossification du cartilage ungulaire n’a été trouvée. Les autres lésions diagnostiquées par IRM sur les pieds sont : sclérose et bascule de la phalange distale, « anomalies » de l’os sésamoïde distal, desmopathie des ligaments sésamoïdiens collatéral (proximal) et distal impair, et tendinopathie du fléchisseur profond du doigt.
L’hypothèse émise est une répartition anormale du poids lors d’ossification du cartilage ungulaire qui pourrait prédisposer à une lésion des ligaments collatéraux, néanmoins cette relation de causalité n’a pas été démontrée.
D’autres études (Ruohoniemi 1993, 2003) ont démontré la prédisposition raciale et le caractère héréditaire des ossifications des cartilages ungulaires.

Cette étude suggère que sur des chevaux présentant des lésions extensives des cartilages ungulaires, une fréquence élevée d’apparition de lésion concomitante des ligaments collatéraux de l’AIPD a été trouvée.

Points positifs :
-    Tentative de démontrer une constatation subjective d’association de ces deux  types de lésions.
-    Evaluation de la boiterie et des grades lésionnels fondée sur des grilles standard,
-    Honnêteté du propos des auteurs : constat mais pas de démonstration, avouent qu’ils ne savent pas pourquoi ni comment ces lésions peuvent être associées, ni s’il existe un lien de causalité.

Points négatifs ou portant à discussion :
-    Pas de comparaison avec un lot contrôle de chevaux ne présentant pas d’ossification des cartilages ungulaires, effectif uniquement basé sur la présence d’ossifications.
-    La conclusion du résumé est erronée, elle ne correspond pas avec le propos de la discussion : « les lésions des ligaments collatéraux sont fréquemment associées avec une ossification des cartilages ungulaires » = FAUX !
-    Mécanique du cartilage ungulaire : assurer une transition progressive entre entre la partie molle du pied (talons) et la partie dure (dorsale=sabot), continuité de structure avec le coussinet digital, indépendant du réseau vasculaire.
-    L’incidence radiographique présentée (face à l’appui) pour établir le grade d’ossification des cartilages ungulaires n’est pas la meilleure incidence, car ne permet pas d’évaluer l’extension cranio-caudale.
-    L’origine de la boiterie n’est pas précisée, ils concluent uniquement à une origine multiple de toutes les anomalies diagnostiquées.

 

Synthèse rédigée par David CARNICER 

Share This