Injection sous arthroscopie de corticostéroïdes dans le tissu fibreux de kystes osseux sous-chondraux (KOSC) du condyle fémoral médial chez le cheval : étude rétrospective sur 52 cas (2001-2006)

Arthroscopic injection of corticosteroids into the fibrous tissue of subchondral bone cystic lesions of the medial femoral condyle in horses : a retrospective study of 52 cases (2001-2006)

Auteurs : Wallis TW, Goodrich LR, McIlwraith CW, Frisbie DD, Hendrickson DA, Trotter GW, Baxter GM and Kawcak CE.
Revue et références : Equine Vet Journal, 2008, 40(5), p461-467.

Objectifs de l’étude :
-    Déterminer le taux de succès de la technique chirurgicale présentée,
-    Identifier les facteurs influençant l’évolution des cas.

Matériel et Méthodes : Etude rétrospective sur 52 chevaux (soit 73 KOSC) opérés par un chirurgien de la Colorado State University.
Diagnostic radiographique et classification du KOSC en fonction du type (classification d’Howard modifiée) et de la taille.
Paramètres/facteurs étudiés : age, race, sexe, activité, membre atteint, lésion uni-bilatérale, taille et type du KOSC, présence d’ostéophytes, grade de boiterie avant chirurgie, réévaluations, chirurgien, technique d’injection, corticoïde utilisé, présence de lésions cartilagineuses, d’autres lésions des tissus mous.
Classification des résultats :
-    succès pour lésion de KOSC = absence de boiterie du membre atteint
-    succès pour cheval = reprise de l’activité au niveau prévu
-    cheval sain = absence de boiterie, mais le cheval n’a pas repris l’activité au niveau prévu

Résultats et Discussion : 67% des chevaux retournent à leur niveau d’activité prévu (succès), et 77% des chevaux sont sains. 77% des KOSC sont considérés comme succès. Ce qui est assez similaire aux résultats décrits pour les techniques de débridement du KOSC sous arthroscopie : 67% de succès pour Howard et al (1995), 34-64% pour Simth et al (2005).
Les facteurs influençant significativement l’évolution du taux de succès :
-    uni (90%)-bilatéral (67%)
-    absence d’ostéophyte avant la chirurgie (87% vs 63% si présence d’ostéophytes)
-    technique d’injection (injections multiples : 89%)
-    chirurgien
-    délai avant le premier contrôle (réévaluations à 30-60 jrs : 87-89% vs 58% à 90jrs)


La technique d’injection de corticostéroïdes dans le KOSC représente une alternative au débridement du KOSC sous arthroscopie avec :
-    un taux de succès similaire,
-    un retour plus rapide en activité,
-    moins de risques d’élargissement du KOSC,
-    moins de dommages sur la surface cartilagineuse du condyle, moins de séquelles sur les tissus mous (en particulier les ménisques).


ANALYSE CRITIQUE :
-    Technique initialement présentée en France et décrite par Vandekeybus L., Desbrosse F. et Perrin R. (1999).

Points positifs :
-    Approche thérapeutique intéressante,
-    Etude rétrospective sur 52 cas cliniques,
-    Nombreux facteurs étudiés,
-    Article bien rédigé.

Points négatifs ou portant à discussion :
-    Imagerie : uniquement suivi radio sur 22 cas, aucune échographie avant/après >> pas de discussion des avantages de la technique sous contrôle échoguidé
-    Influence du chirurgien : biais lié à l’objectivité de l’évaluation du résultat.
-    Effet intra-articulaire du corticoïde (diffusion en IA et non cloisonnement au KOSC) ??
-    Aucune information sur le volume injecté.

Share This