Compte rendu du petit déjeuner de la commission gestion clientèle (Deauville 2007).

Avec 7 participants ce petit déjeuner semblait bien s'annoncer. Cependant mes confrères masculins inscrits sauf un se sont défaussé, nous n'étions plus que deux pour débattre de la féminisation de la profession!


Mais à notre droite la table maréchalerie comptait 6 participants et uniquement des femmes ... Ce qui devait arriver arriva et nous avons porté la bonne parole auprès de nos consœurs qui nous ont accueilli avec gentillesse et bonne humeur (merci encore à Emmanuelle Druoton pour son accueil)
Les échanges furent constructifs et amicaux, nos consœurs sont très concernées par la possibilité de mener de front leur vie de femme et leur carrière professionnelle, en l’espèce l’exercice en groupe dans des structures de type hospitalière semblerait la plus appropriée. Certaines de nos consœurs ont du abandonner l’activité individuelle pour des raisons personnelles (pression des urgences ; gestion du temps ; incompatibilité avec la vie de famille). Néanmoins les faits sont là : 70% de femmes dans les écoles vétérinaires, 36% des vétérinaires équins sont des femmes (42% chez les canins). Il faudra donc évoluer et s’adapter dans les années à venir.
La présence de toutes ces vétérinaires femmes à la table de la commission maréchalerie montre à quel point celle-ci est particulièrement en adéquation avec l’avenir de la profession.......

Share This