Utilisation du sérum autologue équin : comparaison des profils des cytokines de deux méthodes commerciales (IRAP et IRAP II).

 

Résumé réalisé par M. Cousty,

 

d’après T. H. HRAHA, K. M. DOREMUS, C. W. MCILWRAITH and D. D. FRISBIE.

Autologous conditioned serum : The comparative cytokine profiles of two commercial methods (IRAP and IRAP II) using equine blood. Equine vet. J. (2011) 43 (5) 516-521.

 

Introduction : L’ostéoarthrose est une affection fréquente chez le cheval de course de compétition. Ce problème est régulièrement et efficacement traité par l’administration intra-articulaire d’acide hyaluronique et de corticostéroïdes.

Récemment, des nouvelles thérapies biologiques sont apparues notamment avec  le sérum enrichi en anti-interleukine 1 (ILra, interleukin receptor antagonist). Cette molécule se lie de manière compétitive sur les récepteurs à l’IL1, empêchant ainsi l’action de cette dernière. 


Le sérum autologue conditionné (ACS : autologous conditioned serum), disponible commercialement en tant que IRAP (société Orthokine) et IRAP 2 (ou ABPS, société Arthrex), a été récemment développé. Le principe est l'obtention d'un sérum obtenu à partir de sang veineux suivi d'une incubation de 24 heures avec des billes de verre (borosilicate). La stimulation des cellules blanches et responsables de la production de cytokines pendant la culture. Ces produits ont démontré une augmentation des cytokines anti-inflammatoires et des facteurs de croissance dans le sang humain. En effet, en médecine humaine, une augmentation 7 à 10 fois supérieures d’ILra (protéine antagoniste de l’IL1) a été rapportée avec la technique IRAP 2. De plus, une augmentation du rapport ILra/ILβ (indicateur de l’efficacité thérapeutique) de 4 fois a été rapportée avec la technique IRAP2. Les données sur le sang équin sont plus rares.

 

Méthodes : Du sang a été prélevé sur 5 chevaux en 6 groupes : sang sur tube sec (contrôle), IRAP et IRAP 2, cela avec et sans héparine (1µl/ml). Des échantillons ont été prélevés après 1 h et 24 h pour analyser les substances anti-inflammatoires (IL1ra, IL10), les facteurs de croissance (IGF1, TGFβ), et les substances pro-inflammatoires (TNFα, IL1β) avec une technique ELISA.

 

Résultats : Les échantillons IRAP et IRAP2 à 24 h contiennent des concentrations significativement plus hautes de toutes les cytokines comparés aux échantillons à 1 h. À 24 h, l’IRAP2 contient significativement plus d’IL1ra (substance anti-inflammatoire) que l’IRAP (environ 1,5 fois) et l’IRAP contient significativement plus de TNFα (substance pro-inflammatoire) comparé au contrôle à 24h. Le rapport ILra/IL1β est plus élevé avec l’IRAP 2 que l’IRAP mais la différence n’est pas significative. En revanche, ce rapport est significativement plus élevé qu’à 1 h uniquement pour l’IRAP 2. De plus, les concentrations de TGFβ, IL10 et d’ILβ dans l’IRAP et l’IRAP2 sont similaires que les contrôles à 24h. L'addition d'héparine réduit significativement les concentrations d’IGF1, de TNFα et de TGFβ et augmente significativement les concentrations d’ILra.

L’IRAP 2 possède le meilleur rapport ILra/IL1β.

 

Conclusion : Le profil des cytokines obtenu avec l’IRAP2 est légèrement meilleur qu'avec l’IRAP. L’incubation de sang sur des tubes en verre provoque une augmentation de la synthèse des cytokines bien qu’elle ne soit pas aussi marquée qu’avec l’IRAP 2. L’incubation de 24 h est indispensable pour obtenir tous ces effets. Il est possible que d'autres facteurs que l’IL1ra interviennent dans l'effet bénéfique du sérum autologue conditionné. D’autres études sont nécessaires pour déterminer l’effet de chaque cytokine.